Accueil | janvier 2008 »

22 notes de la période: décembre 2007

31 décembre 2007

Ciao 2007 !

Encore quelques heures avant de quitter 2007.
Au revoir l’année du cochon*
Au revoir les présidentielles
Au revoir les rugbymen en sueur et en sang
Au revoir le slim et la low boot
Au revoir Harry Potter
Au revoir le gris-nouveau-noir
Au revoir l’année Mika
Au revoir Secret story, Mystère et le retour de Popstars
Au revoir Nicolas et Cécilia, Kate et Pete, François et Ségolène, Cameron et Justin, Benjamin et Flavie
Au revoir le crâne de Britney
Au revoir la clope en public
(…à compléter)

Au nom de toutes les Paresseuses, nous vous souhaitons une très belle année 2008, pleine d’énergie, de bonne humeur et de sourires.


*(bienvenue l’année du rat, dès le 6 février)

29 décembre 2007

Il y a encore des cadeaux sous le sapin !

Poker Vous n’avez pas été assez gâtée par le Père Noël ??? (L’année prochaine, il faudra être beaucoup, mais beaucoup plus sage).
Heureusement, les Paresseuses ont caché encore quelques petits paquets sous le sapin…
10 exemplaires du tout nouveau Poker des paresseuses, de Jean-Maurice Cohen, sont à gagner jusqu'à mardi minuit.

On clique LA.
On répond.

Et on joue son va-tout.


PS : Avez vous gagné un agenda 2008 ? La liste des gagnants.

28 décembre 2007

Pour ne pas mourir idiote : le baiser sous le gui

Gui_3 A minuit, vous allez vous embrasser sous le gui.
Mais pourquoi donc ?
Pas seulement parce que…

  • vous passez par là
  • vous êtes une fieffée coquine
  • dès que vous pouvez vous pouvez vous faire remarquer, vous n’hésitez pas.

Non, surtout… pour aller chercher bonheur !

Explication s’il vous plait.
Le gui est toujours vert : il est symbole d’immortalité mais aussi de prospérité.

Etre éternellement heureuse et comblée, c’est tentant.
Au temps des prêtres celtes, les Druides voyaient en lui une plante sacrée, capable de tout guérir et de réaliser des miracles. Il le brûlaient en hommage aux divinités mais surtout, ils en suspendaient à leur cou ou à l’entrée de leur maison en guise de protection. S’embrasser en dessous en franchissant la porte était censé porter bonheur.

On ne sait jamais. Mettons toutes les chances de notre côté…
Espérons qu’à l’heure des douze coups, vous ne serez pas

  • ivre morte
  • couchée depuis longtemps
  • partie avec un autre amoureux.

Alors, sautez lui au cou sous le bouquet... et souhaitez vous tout le bonheur du monde.


27 décembre 2007

Un buffet sinon rien !

Les fêtes s’enchaînent… pas le temps de dessaouler, il faut déjà remettre ça.
Les derniers jours de 2007 s’égrainent et voilà le réveillon de la St Sylvestre qui approche à grand pas.
Cette année, c’est chez vous que la fiesta a lieu (vous deviez être dans un état second quand vous vous êtes proposée pour l’organiser) et vous ne savez pas trop comment vous allez caser 25 personnes dans votre 30 m2.
Qu’à cela ne tienne, vous voulez bien commencer l’année et épater tout le monde par votre sens de l’organisation hors pair (vous êtes toujours dans un état second).

Quelques trucs à savoir avant de déclarer que le buffet est ouvert… :
* Il vaut mieux cuisiner un plat en grande quantité qu’une multitude de petites choses. Exemple : chili con carne + riz, paella, choucroute… pas très raffiné, mais tellement plus simple !
* Prévoyez plusieurs serviettes, assiettes et verres par personne. On perd toujours les siennes !
* Faites le gros des courses plusieurs jours à l’avance et achetez les produits frais la veille (le jour même, vous serez aux fourneaux).
* Plusieurs préparations peuvent être réalisées à l’avance et congelées (quiches, pizzas, cakes…) : c’est du temps gagné le jour J.
* Demandez aux invités d’apporter une boisson fraîche : ce sera ça de moins à porter pendant vos courses et surtout, votre frigo ne sera encombré.
* Trouver un thème à la soirée ajoute une touche d’originalité : un repas « régional » ou typique d’un pays, un buffet « monocolor », « de la mer », « végétarien », « autour d’un chiffre… »
* Un grand classique :  les bâtonnets de légumes à tremper dans différentes sauces… préparez par exemple une grande quantité de mayonnaise : partagez la en plusieurs portions et agrémentez la, avec du paprika, des fines herbes, du ketchup. Vous pouvez faire de même avec du fromage blanc (ajoutez notamment un sachet de soupe à l’oignon déshydratée... un must )

Laftedesparesseuses Pour trouver tout plein d’astuces pour être une reine de la fête et danser jusqu’au bout de la night, découvrez La fête des Paresseuses, par Anita Naik.

26 décembre 2007

Voilà. C'est fini.

On connaît la dépression post partum (le baby blues).
Le 26 décembre, on expérimente la déprime post Noëlum.
Les huîtres sont gobées, les nappes tachées, les bougies toutes fondues, les poubelles débordent de papiers cadeaux froissés, le sapin perd ses épines... La magie de Noël s’est envolée.
En général, il faut retourner au boulot, un peu vaseuse et assez crevée.
Si ça ne va pas fort aujourd’hui, il faut pourtant se remotiver très vite : vous n’avez que quelques jours de répit avant de remettre ça.

Petit programme inter-fêtes :
- On court dans les magasins à la pause déjeuner pour aller changer les pulls qui grattent et les parfums qui puent (la probabilité de recevoir un parfum tue-mouche à Noël est très élevée. Les statistiques le prouveront certainement un de ces jours). Du coup, on se fait plaisir en choisissant un petit quelque chose vraiment à notre goût.
- On surfe sur les sites de vente aux enchères : on a remarqué une hausse des mises en vente au lendemain de Noël.
- On se met un peu à la diète : pendant quelques jours, on ne croise pas une goutte d’alcool et on y va mollo sur le gras. Teint éclatant assuré le soir de la St Sylvestre.
- On appelle toutes ses copines pour leur souhaiter de bonnes fêtes : on rigole en faisant l’inventaire des cadeaux les plus miteux. On peut même faire un concours de la meilleure « remarque de belle mère » (sur la cuisson de la dinde, la tenue du petit dernier ou l’avenir du couple Nico-Carla).
- On se dit que le Père Noël repassera à coup sûr l’an prochain.

Ouf.

24 décembre 2007

Et ce soir... l'orgie

C’est quasiment sûr : au dîner de Noël, vous allez exploser votre compteur calorique. Vous allez consommer votre dose mensuelle de lipides, de glucides et autres joyeusetés en un seul repas.

Ce n’est pas ce soir que vous allez chipoter.
Vous commencerez le régime le 2 janvier. Comme tout le monde.

N’empêche qu’il n’est jamais inutile de revoir un peu ses basiques et de réviser deux trois notions de diététiques, histoire de se noyer dans la graisse de canard en toute connaissance de cause.

Valeurs caloriques pour 100 g :
Saumon fumé : 180
Pain de seigle : 231
Huîtres : 70
Caviar : 250
Saint Jacques : 88
Tarama : 550
Boudin blanc : 100
Foie gras : 450
Dinde : 140
Marrons : 211
Chocolat noir : 516
Bûche pâtissière : 380
Noix : 660
Une flûte de champagne brut : 90
Un verre de vin rouge : 80

Pour toutes celles qui vont quand même avoir du mal à oublier leur balance devant les treize desserts, quelques phrases positives à se remémorer à chaque bouchée :
- Ca fait plaisir à mamie que je reprenne de la dinde
- Les huîtres, c’est plein d’oligo-éléments le beurre salé, un peu moins
- Faut recharger les batteries pour attendre le Père Noël

Et surtout… Joyeux Noël à tou(te)s !

22 décembre 2007

Vous pouvez encore gagner !

Eh oui, Paresseuses-du-monde-entier, vous pouvez encore gagner des agendas 2008.
Non, non, non, vous ne rêvez pas : l'agenda bleu-gris sublime, illustré par Soledad, peut se retrouver dans votre fourbis sac dès le début de la nouvelle année.
Il vous suffit de cliquer LA et de répondre à trois questions ridiculement simples pour pouvoir le recevoir.
Jingle bell, jingle bell, lalala la la ...

21 décembre 2007

Cartes cadeaux : la tendance… facile !

Boncadeau Elles fleurissent de partout. Toutes les enseignes en proposent… Les cartes cadeaux sont LA grosse tendance du moment. (Une étude* montre qu’elles sont en 3ème position dans le classement des cadeaux souhaités par les Français. Après l’argent et les vêtements).
Certes, c’est un peu la solution de facilité.
Certes, on peut trouver ça très impersonnel.
Mais… (on arrête tout de suite de culpabiliser) :
+ On évite de tourner pendant des heures, hagardes, à la recherche d’un hypothétique présent qui pourrait satisfaire un neveu en pleine crise de rébellion (on est pas sûre qu’un Megazord Power Ranger lui plaise. C’était plus simple quand il avait 4 ans.) / une cousine que l’on connaît à peine (surtout si c’est la fille de la belle-mère de la tante de la nièce) / une sœur qui a déjà tout (sauf un mari fidèle, mais bon, nous n’évoquerons pas ce sujet au dîner de Noël).
+ On évite les impairs (Ah ??? Je t’ai DEJA offert un livre de cuisine ? Mais nooooooon je ne trouve pas que ta bouffe est immonde !)
+ On donne exactement ce que l’on veut (sinon, on se laisse vite aller…)
+ On est sûre de faire plaisir
+ On a pas les bras trop chargés pour arriver au dîner (d’autant que le It-bag des fêtes, c’est la pochette à paillettes. La carte cadeau rentre parfaitement bien dedans).

A savoir :
Les cartes des enseignes de la grande distribution permettent d’acheter dans tous les rayons. Un vrai coup de pouce pour le pouvoir d’achat ! (même si l’idée que votre neveu s’offre des sardines à l’huile avec votre cadeau ne vous emballe pas. Humour de Noël).

Dans un grand magasin du Bd Haussman, on peut personnaliser sa carte cadeau en faisant imprimer sa photo et en la glissant dans un bel écrin.

Note personnelle : Bellemaman ! Ne vous cassez pas la tête, offrez moi une carte cadeau (cela m’évitera de retourner au magasin dès le 26 pour faire un échange).

*Etude du cabinet Deloitte

20 décembre 2007

Le slow sex : une pratique spéciale Paresseuses !

Vernis2 Vous avez sûrement déjà entendu parler du mouvement « Slow food », né en 1989 en réaction contre les effets dégradants du « Fast food » et qui prône un retour aux produits locaux et aux traditions culinaires. Il s’agit de redécouvrir le plaisir de manger en prenant le temps de déguster, de savourer…
Cette philosophie s’est étendue et se veut également en lutte contre la « Fast life » en général. Il ne manquait qu’un pas pour qu’une nouvelle revendication voit le jour… le « Slow sex ».
En finir avec la course à la performance, oublier le « petit câlin vite fait » ou la méthode hussarde, bannir l’efficacité au profit des émotions… cela semblerait normal, mais finalement, c’est un luxe.
(Non, non, ce que veulent les Paresseuses, ce n’est pas forcément dormir le plus vite possible).

« Tu viens chéri, on fait une partie de slow sex ? »
Quelles sont les recommandations ?

- On crée une ambiance spéciale je-me-concentre-sur-mon-affaire : on débranche les téléphones, on éteint la télé (on ne peut pas s’ébattre et regarder Prison Break en même temps. C’est limite dangereux), on couche les enfants…
→OK, ça, c’est normal.

- On met ses soucis de côté : on évite de parler de la facture du fuel au moment crucial.
→Jusque là, on a tout bon (enfin, on essaye).

- On prend le temps d’explorer le corps de son partenaire et on le laisse découvrir le nôtre.
→Au bout de 10 ans de vie commune, on commence à bien connaître le territoire. Risque d’ennui.

- Tous les gestes sont lents, amples et intenses, les partenaires sont concentrés.
→ Il ne faudrait pas non plus qu’on s’endorme…

- Faire des pauses.
→Nous, on veut bien. Mais il faut que Monsieur puisse tenir. C’est pas gagné.

Slow ou pas slow, le mieux est de ne pas suivre de règles, non ?

19 décembre 2007

Eloge de la paresse : merci Suzanne !

Suzanne La marque « Suzanne aux bains » propose des soins totalement bio, qui respectent la peau et l’environnement. Déjà, j’aime l’idée.
Les ingrédients sont triés sur le volet, les actifs apaisants et nutritifs (eau florale de Tilleul, extrait de fleur de Mauve, huile de noyau d’Abricot, le tout… Bio) : le trip roots je-suis-la-belle-des-champs, ça me botte (de foin. Facile).
Si en plus, on met un peu de poésie dans tout ça… je fonds !
Parce que de la poésie, on peut en mettre dans un produit cosmétique. Oui madame. Même qu’en appelant son bain moussant « Eloge de la paresse », Suzanne nous donne carrément envie de buller des heures. Et ça, nous, on aime.
Je me suis donc empressée de tester ce produit au nom évocateur (le reste de la gamme n’est pas mal non plus : Clé des songes, Intérieur Plume, Silence… on pause, Caresse d’éveil…).
En ouvrant seulement la bouteille, ouch, le choc olfactif : on est dans le haut de gamme, la subtilité, le « vrai ». Une odeur régressive, mais pas chimique-Tahitishuaïa, une invitation au bonheur. Zou ! un bouchon dans l’eau du bain… c’est lacté… c’est doux… c’est délicieux.
Prendre un bain, ce n’est pas seulement se laver, c’est rêver un peu. On peut alors remercier Suzanne de nous emmener si loin, si loin…

Eloge de la paresse (Bain moussant cocooning).
www.suzanneauxbains.com
Flacon 200 ml
Prix public conseillé : 13,75 euros.
Points de vente : pharmacies, parapharamacies, Printemps Haussmann, Galeries Lafayette, magasins Résonances, boutiques spécialisées.

Quizz

  • Instagram x Les Paresseuses

     

    On adore les cookies, chez les Paresseuses. Mais pas uniquement ceux que l’on croit ;) En continuant votre navigation sur le Blog, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent de mesurer notre audience et de faciliter le partage de contenus vers les réseaux sociaux. Plus d’infos par ici :)

C'est nouveau

Promotion