« Le petit plaisir du lundi... On change d'heure ! (et tout ce qui va avec...) | Accueil | 5 témoignages sur... les sites de rencontre »

Les Paresseuses au défi : yes we can !

30.10.2012

 

 

Défis

 

 

 

La Paresseuses team est au complet avec une dizaine de lectrices dans les starting blocks, prêtes à relever leur défi (petit ou grand) sous nos yeux attentifs ! Elles ont répondu à notre annonce et dit « Chiche ! » pour nous raconter les espoirs, les embûches, les tracas, les réussites de leurs changements de vie. Alors, quelles Paresseuses allons-nous suivre dans les mois qui arrivent ?

 

 

 

 

Pauline

 

Son projet : réussir son big day !

 

« Le 12 mai 2012, l'homme que j'aime m'a enlevé pour un week-end à Rome où sous un décor rococo à l'italienne, il m'a demandé en mariage ! Nous nous sommes rencontrés à 18 ans et après 12 ans d'amour nous allons enfin nous marier et croyez-moi, ça c'est vraiment LE projet qui me fait oublier tout mes tracas, peines et autres désespoirs !

 

Mon projet a désormais sa date : le 22 juin 2013. 

 

J'en tremble, j'angoisse, j'ai peur mais je veux que ce week-end du 22 juin 2013 soit inoubliable comme l'a été le week-end du 12 mai 2012 ! Alors croyez-moi ce défi je veux et je me dois de le surmonter à la perfection ! »

 

 

 

Karine

 

Son projet : changer de job en redémarrant de zéro

 

« Voilà, j'ai un boulot qui ne me plait pas, aucun avenir dans ce boulot et toutes les offres d'autres jobs en accord avec mon diplôme ne m'intéressent absolument pas. Je voudrais donc me reconvertir professionnellement. Je travaille actuellement dans une industrie chimique et je voudrais commencer la formation pour être... diététicienne ! Alors oui j'ai besoin d'un coup de pouce. Pas facile de laisser tomber un CDI, bien payé, basé sur un diplôme d'ingénieur, pour se lancer dans une formation nouvelle, débouchés très difficiles, profession libérale... Et accessoirement comment organiser les cours par correspondance, agencer les stages... tout en gardant au maximum mon boulot pour pouvoir continuer de payer mon loyer. Mais le jeu en vaut la chandelle, je joue là les 40 prochaines années de ma vie professionnelle !

 

 

 

Fatou

 

Son projet : un restaurant pas comme les autres

 

« Je souhaite ouvrir un restaurant associatif qui portera le joli nom de "Gingembre et Chocolat" et qui a le statut d'une association loi 1901. En bref, l'idée c'est d'avoir un lieu autonome qui propose des ateliers, de la restauration, des petits événements culturels et une cuisine ouverte où on peut aller se servir comme des grands/grandes. »

 

 

 

Delphine

 

Son projet : courir dans Paris !

 

« Il faut savoir que je suis plutôt une adepte du jogging (eh oui pas si paresseuse que ça), quand j'étais au lycée je courais beaucoup, plusieurs fois par semaine, parce que j'y trouvais un grand plaisir. Et puis je me suis installée à Paris pour les études et ma pratique du jogging s'est considérablement réduite... Je me situe dans un endroit placé stratégiquement à proximité d'aucun parc compatible à la pratique du jogging, du coup ça signifie au moins 20 minutes de slaloms sur les trottoirs avant d'arriver dans un vrai parc (oui parce que en bas de chez moi y a un coin de verdure, mais à moins de tourner en rond pendant une heure je ne vais pas m'en sortir...). Bref, j'ai tenté et puis... ok la flemme aidant j'ai abandonné l'idée. Et puis, cet été, soleil, nouvelle basket flashy que j'avais envie de montrer au monde entier, je suis allée courir aux Buttes-Chaumont. Trop top ! Sauf que... Une demi-heure de métro pour y aller, c'est pas extra comme contexte pour l'échauffement. Me voilà donc devant deux manques à concilier : d'une part le manque de sport qui m'aide vraiment à déstresser et me fait un bien fou, et d'autre part le manque de sous qui me font faire une croix sur la salle de sport... Alors c'est décidé, je vais affronter les trottoirs et je vais chercher des parcours pour courir enfin à Paris ! »

 

 

 

Sophie

 

Son projet : finir sa thèse...

 

« ... Et partir aux USA dès janvier rejoindre mon mari qui y est déjà parti pour travailler. Et emmener mon chat... »

 

 

 

Fanny

 

Son projet : une assoc’ basée sur du vécu vrai de vrai 

 

« Commençons par le début de l'histoire. Je me présente, Fanny, 22 ans. Je viens de Suisse et habite en marge d'un petit village situé en pleine campagne. J'ai la chance d'étudier afin de devenir éducatrice sociale. Ce défi  bien particulier qui me trotte dans la tête depuis mes divagations d'adolescente rêveuse ! Je m'explique. Mon premier cri... je ne l'ai pas vraiment poussé.  Je suis née en décembre 1989 à 27 semaines de grossesse. Ma maman étant victime de crise d'éclampsie, je suis née par césarienne. Étant grande prématurée (je pesais 750gr... et ressemblais à E.T), on me donnait peu de chances de survie et le cas échéant, peu de chances d'en sortir sans séquelles. J'avais quand même un point positif dans mon camp... Être une fille. Hé oui, il paraît que nous somme plus combatives que les garçons ! J'ai fait plusieurs mois de couveuse à l'hôpital ou "sous cloche" d'oxygène à la maison. Bref, une enfance semée d'embûches. Et pas seulement pour moi !

 

Tout va bien aujourd'hui, mais en grandissant et en m'intéressant à mon histoire, j'ai remarqué que ma famille, mes parents (mon père beaucoup plus que ma mère) mais aussi mes grands parents et autres proches étaient totalement démunis par rapport à la difficulté morale, matérielle mais aussi par le manque d'information, d'espace d'écoute et de parole face à la situation déroutante et angoissante qu'est la venue au monde et l'adaptation à la vie de famille avec un enfant différent, malade ou lors de complications.

 

Bref, je suis pipelette. Venant en au fait : je souhaite monter une association d'aide à la naissance (de manière générale) avec des groupes de paroles spécifiques aux cas de difficulté des jeunes parents, parents célibs, souci de santé du bébé ou des parents. Basé sur l'échange et l'expérience de personnes déjà passés par là et par des pros. J'imagine aussi un soutien matériel grâce au don, troc mais aussi service de garde et aide ( aide pour ménage, repas, courses, trajets à l'hôpital, etc) que j'espère gratuit. Mais aussi un lieu d'échange de bons tuyaux et de service basé sur l'échange équitable. Quelque chose d'humain pour que la naissance d'un enfant, même si elle est parfois semée d'embûches, reste un moment de bonheur, de partage et de joie. Je suis en train de regarder,d'un point de vue légal, ce qui est réalisable ou non, ma maman est aussi emballée que moi. Le projet présenté est utopique mais je garde la foi ! »

 

 

 

Anne-Lise

 

Son projet : une robe qui la sublime !

 

« Est-ce que la traque d'une robe de mariée quand on fait un bon 44 voire un petit 46 selon la coupe du pantalon est un défi ? En ce qui me concerne, c'est le plus grand défi de ma vie et la plus grande angoisse aussi, même armée de ma bible La paresseuse se marie. Malgré ma récente prise de poids (habituellement je faisais plutôt du 42), le Mr Paresseux a quand même fait sa demande ! Branle-bas de combat depuis, j'ai trouvé le nutritionniste en or qui m'aide, mais sa méthode est très lente (bien meilleure que tous ces yo-yo, cela dit), alors il est possible que dans ma robe, je ne sois pas aussi mince que je le rêverais (ou plutôt ma mère le rêverait !) Jour J programmé pour le 29 Juin et ma seule angoisse et mon défi c'est : comment trouver une jolie robe qui m'aille, me mette en valeur, dissimule ces bourrelets disgracieux et me ressemble ?! »

 

 

 

Elodie

 

Son projet : jeune maman recherche job pas trop loin

 

« J’ai des exigences qui sont :

- La distance (moins de 30 minutes de trajet alors que j’habite à la campagne…)

- Le contexte international afin d’utiliser l’Anglais

- Le salaire (je ne veux pas « régresser » en terme de salaire)

- Si possible (mais optionnel), je souhaiterais travailler dans un domaine particulier que je connais bien pour y travailler depuis plusieurs années (l’industrie pharmaceutique)

 

La raison de ce gros défi est que j’ai déménagé à la campagne il y a 2 ans, je travaille à Lyon et j’ai plus d’1h de trajet matin et soir (ce qui fait entre 2h et 2h30 par jour). Maintenant que j’ai un petit bout qui va avoir 1 an qui m’attend le soir, je n’ai plus envie de passer autant de temps dans les trajets…

Cette recherche tombe plutôt bien car je suis de moins en moins bien dans mon boulot actuel… »

 

 

 

 

Manon et Claire

 

Leur projet : un salon de thé très Paresseuses !

 

« Oui, mais avec ce petit truc en plus, celui pour lequel on dira "ah mais oui ! trop cool comme concept, demain j'amène les copines (le chéri, les p'tits bouts d'choux, la maman, voire la belle-maman depuis qu'on a appris à l'aimer avec l’article des Paresseuses) !" Là, nous en sommes à poser les idées qui flottent dans un petit nuage autour de nos têtes sur du papier (ben oui il faut bien rendre le truc plus concret quand même !), une sur le côté pur et dur du salon de thé (établir des recettes de pâtisseries si douces qu'on oublie d'en compter les calories, tester au chaud sous un plaid devant un bon film de filles des litres de thé, penser aux animations et tant d'autres choses), l'autre sur l'aspect plus commercial du projet (business plan, chiffrer les idées toujours plus folles de l'autre, penser déjà à exporter NOTRE concept si génial à l'étranger) et surtout discuter, échanger, parler jusqu'à tomber de sommeil de ce projet qui nous tient tellement à coeur ! Au fait, vous savez d'où tout à commencé ? (eh oui ! ce salon de thé a même une histoire avant d'être créé...) L'âme de la librairie tenue par Meg Ryan dans Vous avez un message

 

 

 

Pauline

 

Son projet : dire bye-bye à ses parents

 

« Mon défi du moment de la mort qui tue ? Annoncer à mes chers parents que l’année prochaine je réalise mon rêve : un « gap-year », soit une année de césure dans mes loooooooongues études de droit pour aller enseigner le Français pendant un an en Angleterre, le défi  (ou rêve ?) suivant étant d’avoir un destin digne de Christine Lagarde (qui a été, entre autres, PDG du cabinet Baker et McKenzie à Chicago). Défi dans le défi : préparer un power point pour les convaincre (je suis une looseuse en informatique !). Facile ? Pas sûr ! Et puis, il n’est pas de petits défis dans le quotidien des Paresseuses ! »

 

 

 


TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00e54f10584c8834017ee4770c27970d

Listed below are links to weblogs that reference Les Paresseuses au défi : yes we can !:

Commentaires

Quizz

  • Instagram x Les Paresseuses

     

    On adore les cookies, chez les Paresseuses. Mais pas uniquement ceux que l’on croit ;) En continuant votre navigation sur le Blog, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent de mesurer notre audience et de faciliter le partage de contenus vers les réseaux sociaux. Plus d’infos par ici :)

C'est nouveau

Promotion