« Le petit plaisir du lundi... L’irrésistible attrait de la fourrure | Accueil | 10 raisons pour lesquelles le mariage de Starbucks et des Paresseuses nous met en joie »

Yes, we can ! Premières news

27.11.2012

 

 

Défis

 

 

 

Le mois dernier, on vous présentait la dizaine de Paresseuses dont on allait suivre les nouveaux projets en direct live. Où en sont aujourd’hui nos aventurières du quotidien, nos Indiana Jones de la real life, nos héroïnes de la vie de tous les jours ?

 

 


Pauline

 

Son projet : réussir son big day !

 

« Eh bien je dois bien avouer qu'à force d'avoir été bercée par Cendrillon, La Belle au Bois Dormant et autre Blanche-Neige, j'imaginais la préparation de notre mariage comme un conte de fée... Hum... Eh bien il va falloir que je quitte mes pantoufles de vair et que je revienne à pieds joints dans la réalité !

Point de petits oiseaux pour m'aider, de petits écureuils pour me soutenir !

Je vous assure mes Paresseuses la réalité est bien plus cruelle !

 

Premier point: déterminer la date et courir à la mairie pour réserver le créneau idéal !

 

La mairie c'est tellement... glamour !

 

Commençons par la date. 

Ah ça parait simple, eh bien non pas du tout !

L'année comporte douze mois, c’est-à-dire douze mois potentiellement parfaits pour notre mariage. Oui mais non. L'hiver on oublie, le plein été on oublie, l'arrière-saison on oublie !

Le mois de mars ? Pourquoi pas ! Le 25 mars 2000, date de notre premier baiser... Oui mais non, il risque de faire encore froid et plus frileuse que moi je n'ai pas encore trouvé.

Après de longues discussions, tergiversions en tout genre nous avons opté pour le mois de juin. À priori un temps plutôt clément, ni trop chaud ni trop froid !

 

Allez c'est parti ! En route pour la mairie !

 

MonGaulois (oui, je le surnomme ainsi, n'ayez crainte, ce n'est pas un rustre !!) et moi avons donc réservé la mairie le 22 juin 2013 en début d'après-midi.

 

Les mariages sont programmés tous les quarts d'heure... 

Heu... mais... pour une princesse aussi ?? Oui, je ne vous l'ai pas encore avoué mais je suis une princesse, si, si je vous assure... Enfin moi en tout cas j'y crois !

Malheureusement malgré le fait que je sois une princesse la mairie n'a pas accepté d'annuler tous les autres mariages le jour de NOTRE mariage ! Ils ne sont vraiment pas conciliants ces gens !!!

 

Rendez-vous pris, noté au crayon à papier sur le registre (mais Madame, vous êtes sûre là ?? Vous ne voulez pas le noter au marqueur indélébile ?? Non. Madame ne veut pas et me dit que c'est ainsi, au cas où nous annulerions !) 

 

Glamour toujours !

 

Peu de temps pour les étoiles au fond des yeux, le cœur qui s'emballe, les mains qui se cherchent... Non, non parlons paperasse maintenant !

 

La dame nous demande la profession de nos parents, leurs adresses respectives, les coordonnées de nos témoins, nos justificatifs de domicile, nos actes de naissance, si l'on aime les frites, notre taille et notre poids (ah non pardon, je m'emballe !!!!).

Bons élèves nous avons coopéré (sauf moi bien évidemment qui était incapable de retrouver l'intitulé précis de la profession de mon papa ! C'est le plus fort, le plus beau et le plus intelligent, ça ne suffit pas ça ?!!! Non apparemment !)

 

Voilà nous avons affronté ces premières étapes comme des chefs ! Ok, je vous l'accorde ce sont les plus simples ! Nous avons encore de belles épreuves devant nous que nous envisageons de braver avec courage et sourire !

 

Rendez-vous au prochain épisode ! 

Et non des moindres... MA robe ! »

 

 

 

 

Karine

 

Son projet : changer de job en redémarrant de zéro 

 

« Pour rappel, je suis en train de faire une formation pour changer de métier, un BTS diététique par correspondance.

 

Ces dernières semaines ont été plutôt chargées. J'ai tout d'abord reçu mes 5 (oui oui 5) cartons de cours. Je vous assure que rien que de voir tout ça, j'en étais déjà fatiguée ! Suite à cette réception, j'ai donc pu entrer de plain-pied dans cette formation.

 

Afin d'organiser mon travail, je me suis fait un planning, 2h tous les soirs de semaine (sauf le mardi, un peu de Zumba pour détendre les neurones), 3h le samedi matin et pareil le dimanche ! Et j'ai aussi planifié l'ordre des cours, plus ou moins les dates auxquelles je renvoie mes devoirs... Cela me permet de voir si je suis plutôt en avance ou en retard sur ce qui étais prévu ! Bref coté cours, ça avance bien.

 

La semaine dernière, j'ai eu un petit moment de panique. C'était de ma faute aussi, j'ai voulu voir en moyenne ce que gagnait une diététicienne libérale. Les chiffres vus ne m'ont pas du tout mais alors pas du tout rassurée.... Travailler 40h par semaine pour un peu moins de 1000€... j'avoue que cela m'a refroidie. Pendant deux jours, j'ai le cerveau rationnel et prévoyant qui a repris le dessus (comment tu vas vivre avec ça ? Et pour nourrir tes futurs enfants ? Et pour faire un petit resto avec zhom de temps en temps ? Et pour prendre quelques vacances ? Qu'est ce que tu fais alors que t'as un boulot bien payé maintenant ? ...). Bref l'horreur. Accessoirement la paresseuse qui sommeille en moi m'a dit "bah balance tes cours par la fenêtre ça te fera plus de temps libre, c'est plutôt bien non ?". Ni une ni deux, j'ai envoyé un mail à une diététicienne libérale "que je connais" (disons par les mails et le téléphone). Elle m'a beaucoup rassurée, m'a donné ses horaires et plus ou moins ce qu'elle touchait, des témoignages de ses collègues en libéral aussi, des conseils pour bien démarrer un cabinet libéral... A la fin des 40 minutes de téléphone, j'étais reboostée à fond et je me suis remise dare-dare au boulot ! Comme quoi OUI c'est possible quand on y croit et qu'on a la motivation, YES WE CAN, YES I CAN ! »

 

 

 

 

Elodie

 

Son projet : jeune maman recherche job pas trop loin

 

« Le jour où j’ai réalisé, avec un peu de stupéfaction, que je passais plus de temps par jour dans mes trajets pour aller au travail qu’avec mon fils, j’ai su que la situation allait poser problème.

 

Il est vrai que mon fils est un couche-tôt, mais à 1 an, après 10h30 passées à la crèche, je ne peux pas le faire lutter contre la fatigue juste pour que je puisse en profiter.

 

J’ai toujours eu de longs trajets depuis que je travaille et ça ne m’a jamais gênée. Mais l’arrivée d’un enfant change nos priorités et la mienne, maintenant, c’est de passer du temps avec mon fils.

 

Alors, quand en plus, l’ambiance au travail s’est dégradée, j’ai pris cette grande décision : CHANGER DE TRAVAIL.

 

Même ma maman m’a dit : « Ça, c’est une bonne décision ! Te rapprocher de chez toi, ne plus être tributaire des trains ». Parce qu’il y a ça aussi, le train… C’est toute une histoire de prendre le train tous les jours… mais ça n’est pas le propos ici !

 

Bref, une fois la décision prise, il faut poser les critères :

- Moins de 30 min de trajet (1h aller-retour) alors que j’habite à la campagne

- Utilisation de l’Anglais courant (donc entreprise internationale)

- Niveau de salaire au moins égal au mien

- Si possible dans l’Industrie pharmaceutique, pour ne pas perdre les connaissances acquises ces dernières années, mais étant Assistante administrative, je pourrai m’adapter à un nouveau domaine

 

Après quelques premières recherches sur Internet, un premier bilan s’impose : comme la recherche du Graal, trouver un nouveau poste selon mes critères ne va pas être facile.

 

Cependant, rien ne presse à la minute, j’ai déjà un boulot, donc un salaire (bien utile pour rembourser l’emprunt de la maison), je peux prendre mon temps pour trouver ce job idéal et ne pas accepter n’importe quoi. Alors, je revêts mon uniforme de guerrière et c’est parti pour la recherche !

 

Au prochain épisode : la mise à jour du CV, les premières candidatures et un léger retournement de situation (un entretien avec ma chef actuelle qui va me faire me poser encore plus de questions…) »

 

 

 

 

Sophie

 

Son projet : finir sa thèse...

 

« ... Et partir aux USA (avec mon chat).

 

Pour reprendre du début, il faut préciser que mon chéri est parti aux USA depuis le début du mois d’octobre, à la fin de sa thèse. Un laboratoire de recherche lui a proposé un contrat de deux ans, un post-doc comme on dit. Pas encore un poste de titulaire, mais deux années consacrées à la recherche uniquement. Nous avions discuté à l’avance de ce projet, d’où le mariage en mars, pour que je puisse le rejoindre sans souci de visa. Je ne sais pas trop encore de quoi sera fait mon séjour américain, j’espère bien trouver un job intéressant.

 

Mis à part les questions liées à son contrat, qui se sont réglées assez rapidement, la première étape a été de contacter l’ambassade des USA à Paris pour demander nos visas (J1 pour lui, demandeur principal, J2 pour moi). Un peu de stress face au dossier à préparer, il est assez difficile de se renseigner sur Internet… mais tout s’est bien passé, et nous avons reçu nos visas pour les USA 3 jours après notre visite à l’ambassade. Il faut compter une bonne semaine pour obtenir un rendez-vous. Au final, un premier succès !

 

Mon amoureux est parti tout seul comme un grand, direction Chicago. Je suis restée avec le chat mais nous avons déménagé pour un petit studio d’étudiante. Plus besoin d’un grand appartement quand on passe ses journées à rédiger une thèse ! Car, moi, je n’ai pas encore fini… d’où le défi ! Ma thèse est financée jusqu’au 15 décembre mais je sais déjà que je n’aurai pas terminé la rédaction à cette date. Mon défi, c’est d’avoir fini pour le 15 janvier, un peu ambitieux, mais sinon ça ne serait pas un défi ! Depuis que j’ai répondu aux Paresseusses, j’ai presque terminé ma première partie (200 pages environ) mais les deux autres seront nettement plus courtes ! Ensuite, il faudra faire relire et organiser la soutenance. J’espère que tout sera bouclé fin mars, histoire de partir début avril. On verra dans un mois où en seront les choses…

 

Pour le chat… on vient de sortir de chez le vétérinaire, à qui j’ai posé quelques questions mais pas eu de réponses franches. A moi de faire le choix pour faire voyager la Nim’ en soute ou en cabine (en même temps, elle est limite trop grosse pour passer en cabine), ou pour la laisser en France, mais ça, j’ai pas trop envie. Prochaine étape de cette partie du défi : téléphoner à l’Ambassade des USA pour demander la liste des choses requises pour embarquer un chat dans leur beau pays... »

 

 

 

 

Manon et Claire

 

Leur projet : un salon de thé très Paresseuses !

 

« Voici déjà plus d’un mois que le défi est lancé ! Cela nous permet de voir le temps qui défile ! Et de voir que même si cela n’avance pas toujours comme nous le souhaiterions, nous avançons tout de même un peu !

 

Tout d’abord, moi, Manon, j’ai commencé à tester la réalité « du terrain » puisque j’ai décroché depuis mi-octobre un CDD dans la boutique d’un restaurant/salon de thé d’une ville du Lot-et-Garonne ! Cela se passe très bien, et j’ai un retour positif des clients dans mes conseils de vente de thés ! Courant décembre je vais tester la partie service, et je le reconnais, je suis impatiente ! J’espère que l’aventure va se poursuivre, et cela semble dans la bonne voie !

 

Et en parallèle nous avançons sur notre projet à nous, en essayant de se voir, d’en discuter dès que possible ! Cela n’est pas évident entre le travail pour les unes, les études et la distance pour les autres ! Alors nous avons créé un groupe top secret sur les réseaux sociaux afin de faciliter les échanges !

 

Pour l’instant, rien n’est très organisé, nous avons beaucoup d’idées qui fusent, peut-être un peu trop parfois (!!!), mais le premier objectif était de déterminer une ambiance, un axe large à suivre pour que tout le monde se mette d’accord et comprenne l’idée générale. En effet, deux garçons ont rejoint l’aventure (le chéri de l’une et ses compétences en communication et le frère de l’autre et son savoir informatique, pour faire simple), ainsi que les mamans et ma sœur, et plus on est nombreux plus on rit certes mais plus aussi il y a d’idées et de points de vue à gérer ! Cette étape semble acquise !

 

Pour nous mettre dans l’ambiance, nous avons commencé à délimiter les options de noms, les premiers dessins de logo, les prémices d’une carte des thés retraçant l’histoire, la manufacture, l’art de servir le thé, la dégustation de test de recettes de tartes salées, de cookies et diverses marques de thés, la découverte du mobilier, etc. Notre origine amicale provenant d’une fac de droit, les problèmes juridiques ont vite été soulevés également ! Et enfin, l’éventualité pour moi de passer le CAP Pâtisserie a été soulevé, puisque je serai derrière les fourneaux !  

 

Nous apprenons à gérer les critiques, les préoccupations de chacun mais nous essayons de le faire dans un but constructif et toujours dans une ambiance bon enfant, parce que l’âme du salon de thé nous hante et aucune animosité n’y a sa place !

 

Les objectifs pour le « check-up défi » du mois prochain ? Se fixer sur une idée d’ambiance et y travailler, déterminer la population ciblée, commencer une étude de marché grande ville et ville de taille plus réduite, se fixer sur un nom pour appuyer notre ambiance, organiser une réunion de groupe d’une heure ou deux où chacun aura travaillé sur sa contribution. En quelque sorte, professionnaliser nos idées, notre ambiance bon enfant ! Et se faire plaisir en goûtant encore et encore mes délices culinaires, en buvant des litres de thé ! »

 

 

 

Delphine

 

Son projet : courir dans Paris !

 

« I did it !


Un jeudi matin, le réveil sonne, j'avais calculé qu'en me levant méga tôt (7h !! -on est paresseuse ou on ne l'est pas-), j'avais des chances de trouver des trottoirs moins bondés que d'habitude mais je n'avais pas pensé au fait que déjà, me lever à 7h relève de la corvée, mais si c'est en plus pour aller courir...


Péniblement, j'ouvre un œil... Et je met en place ce procédé fourbe auquel nous cédons toutes "Allez encore 10 minutes".


Une bonne demi heure plus tard je rampe en dehors de mon lit. Je regarde par la fenêtre... Avec un peu de chance il pleut et j'aurai une bonne excuse pour rester au chaud... Loupé, le ciel est grisounet mais pas de risque de pluie à l'horizon. 


Du coup, dans un élan de motivation, j'ai enfilé mon jogging et mes baskets fluos et hop direction Bastille !

 

Je dois dire que pour ce qui est du parcours, le faubourg Saint-Antoine à 8h30 est déjà rempli de monde mais j'ai ensuite emprunté la coulée verte, un petit endroit charmant qui surplombe Paris que je vous conseille même pour une simple promenade.

 

Pour être franche, je n'ai pas couru plus d'une heure, mais franchement j'étais hyper fière de moi ! Pour celles qui hésitent encore à se mettre au jogging, si vous avez un parc à proximité, foncez ! On y prend vite goût et ça fait un bien fou ! (Ça c'est du slogan !) Et que dire du plaisir de rentrer chez soi, prendre une bonne douche et ne pas culpabiliser en mangeant un croissant tout chaud !!!

 

Ok  vous allez me dire Et depuis ? 


Et bien heu comment dire....Vous ne trouvez pas qu'il fait super froid en ce moment ? Affaire à suivre... »

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00e54f10584c8834017ee5a044d7970d

Listed below are links to weblogs that reference Yes, we can ! Premières news:

Commentaires