« Sa Majesté Olivia Toja vous présente la Queen attitude en 7 décrets ! (applaudissements) | Accueil | 5 livres à gagner pour enfin aimer mettre la table ! »

Le livre d’Elise : La Vie devant soi de Romain Gary

23.10.2014

5626_470353

 

 

Le livre d’Elise : La Vie devant soi de Romain Gary (1975), publié à l’époque sous le pseudo d’Emile Ajar, et lauréat d’un Prix Goncourt refusé

 

 

Ce que dirait la 4ième de couverture si je l’avais écrite Madame Rosa est une ancienne prostituée qui a connu Auschwitz. Elle recueille chez elle, au 6ieme étage, des enfants de prostituées comme Momo, jeune garçon musulman. Madame Rosa n’utilise pas le mot « prostitution » : elle préfère dire « se défendre avec son cul ». La mère de Momo se défend donc avec son cul, et son père est inconnu. Momo n’a plus que Madame Rosa sur qui compter, mais la vieille femme juive fatigue, au fur et à mesure que Momo grandit.

C’est l’histoire de deux destins entremêlés, intergénérationnels et transculturels, dont la force grandit au fil des pages, et forgent la tolérance et le respect.

 

 

Pour quelles Paresseuses ? Le style d’écriture m’a un peu gênée durant les premières pages, car c’est un écrit « parlé »,  mais il renforce finalement le récit d’une force authentique. (L’avantage de lire un roman dans sa langue originale).

 

 

Le moment idéal pour le lire Par les temps qui courent.

Je veux dire par là que les débats sur la discrimination ne datent pas d’hier.

Ce roman a été publié 10 ans avant ma naissance et il aurait pu l’être hier, le sujet est toujours autant d’actualité et le récit toujours à propos.

 

 

Le  petit extrait qui me trotte encore dans la tête… « La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines. Elle nous le rappelait chaque fois qu'elle ne se plaignait pas d'autre part, car elle était également juive. Sa santé n'était pas bonne non plus et je peux vous dire aussi dès le début que c'était une femme qui aurait mérité un ascenseur. »

 

 

C’est pas moi qui l’ai dit Difficile pour moi de trouver une critique littéraire datant de l’époque… Mais le roman a reçu le prix Goncourt de 1975, et découvrez ci-dessous, via Wikipédia, pourquoi l’auteur l’a refusé :

« Ce roman constitue une exception et une mystification dans l'histoire du prix Goncourt — au huitième tour de scrutin (six voix)—, puisque Romain Gary l'avait déjà reçu auparavant en 1956 pour Les Racines du ciel et que le prix ne peut être décerné deux fois au même auteur. Cependant, ce roman fut publié par Gary sous un nom d'emprunt, Émile Ajar, et avec une personne complice jouant le rôle de l'auteur pour les médias, Paul Pavlovitch, un parent de Gary. L'affaire fut révélée seulement à la mort de Romain Gary en 1980, bien que des doutes sur l'identité réelle de l'auteur aient été émis précédemment et des doutes sur la double identité d'Ajar dès sa parution.

Romain Gary a pris ce pseudonyme à un moment où il était très critiqué, et pour retrouver une certaine liberté d'expression. Un critique de Lire n'hésita pas à critiquer vigoureusement l'œuvre de Gary, pour finir de l'achever en déclarant : « Ajar, c'est quand même un autre talent. »

Par crainte que l'affaire ne donne lieu à des poursuites en justice, Romain Gary décida toutefois de refuser le prix Goncourt, ce qui lui valut des critiques acerbes de la part de plusieurs critiques littéraires (au Figaro et à L'Aurore notamment). Le prix lui est malgré tout remis, car il est attribué à un livre plutôt qu'à un écrivain. »

 

Ultime précision : le roman a été adapté au cinéma en 1977 par Moshé Mizrahi avec la grande Simone Signoret en Madame Rosa.

 

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00e54f10584c883401bb079c69c8970d

Listed below are links to weblogs that reference Le livre d’Elise : La Vie devant soi de Romain Gary:

Commentaires

Quizz

  • Instagram x Les Paresseuses

     

    On adore les cookies, chez les Paresseuses. Mais pas uniquement ceux que l’on croit ;) En continuant votre navigation sur le Blog, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent de mesurer notre audience et de faciliter le partage de contenus vers les réseaux sociaux. Plus d’infos par ici :)

C'est nouveau

Promotion