95 notes dans la catégorie:"Fûtées"

02 mars 2010

Zen au travail : votre bureau est-il Feng Shui ?

Evidemment, les relations tendues entre Duboss et vous contribuent à la mauvaise ambiance qui règne au bureau.
Evidemment, le fait que vos collègues soient des harpies n’aide pas beaucoup à la détente.
Evidemment, la montagne de documents en attente sur votre table de travail n’est pas une invitation à la relaxation…
Mais il n’y a peut-être pas que ça !
Êtes-vous sûre que votre bureau est dans de bonnes dispositions Feng Shui ?

Voici quelques points à vérifier d’urgence pour être sûre de ne pas faire de graves erreurs...
  • Choisir son bureau tout au fond d’un couloir : c’est se sentir considérée comme la dernière roue du carrosse.
  • Disposer sa table de travail dans l’alignement de la porte. Car cette ligne droite dote la personne qui entre d’une énergie trop directive, trop yang, pour tendre à un rapport agréable.
  • S’asseoir sous une poutre ou en face d’un pilier. Souvenez-vous qu’une ligne droite est une « flèche empoisonnée ».
  • Laisser les angles saillants devenir une menace.
  • S’asseoir en tournant le dos à une fenêtre. C’est aussi mauvais que faire face à la porte d’entrée. Transformez votre environnement de fond en comble si vous vous apercevez que vous avez commis ces deux erreurs fatales.
  • Baigner dans un ensoleillement excessif. Car cela provoque un agacement imperceptible, des tensions, voire des querelles avec vos collègues. Respectez toujours l’équilibre entre l’ombre et la lumière.
  • Faire déborder sa corbeille à papiers. Car cela sape les bonnes influences qui règnent dans votre bureau.
  • Laisser le fouillis envahir votre espace de travail. Alors, tout ne sera que troubles, incohérence et perturbation. Ce n’est pas ce que vous recherchez, non ?

Vous-êtes bien, là ?

23 février 2010

Ecolo : remplaçons nos produits d’entretien !

Ils sont pratiques, faciles à utiliser… mais pas vraiment ami-amis avec l’environnement ! Heureusement, il existe des solutions alternatives aux produits d’entretien !
Remplace-les par…

Du savon noir :
(pour la maison, bien sûr ! Pas celui que vous utilisez pour aller au hammam..)
Prenez-le en bidon, dans un magasin bio. Il est fabriqué avec de la potasse obtenue à partir de cendre de bois et d’un corps gras, le plus souvent végétal. Il est entièrement biodégradable et non toxique. C’est un très bon nettoyant multi-usages. 1 à 2 cuillères à soupe de savon noir liquide, mélangées à de l’eau chaude suffisent pour laver vos sols non vitrifiés.

Du simple vinaigre d’alcool (blanc)
Choisissez le moins cher dans votre supermarché. Le vinaigre est un bon désinfectant et un détartrant efficace. Vous pouvez l’utiliser pur. En revanche, ne l’utilisez pas sur du marbre.

Des cristaux de soude (carbonate de soude)
Ils enlèvent la graisse et les taches, désinfectent. Enfin, c’est un excellent adoucissant d’eau (1 à 2 c. à café dans le lave-linge par exemple). Attention, ne les utilisez pas sur l’aluminium ! Vous en trouverez facilement en supermarchés, même si tous n’en proposent pas. Et là encore, ça ne vous ruinera pas !

Du bicarbonate de soude.
Il remplace les produits à récurer et permet de désodoriser. Vous le trouverez en pharmacie, où il est néanmoins vendu plus cher qu’ailleurs. On peut aussi en trouver au rayon « sel » ou « pâtisserie ». Allez voir également en droguerie.
Ne confondez pas avec la soude caustique qui permet de déboucher les lavabos, et qui est très toxique et dangereuse…

Des huiles essentielles
Vous les utiliserez pour faire vos propres produits ménagers, à raison d’une vingtaine de gouttes pour 500 ml :
Citron
Eucalyptus
Girofle (désinfectant)
Lavande
Menthe poivrée
Pin
Sapin
Thym (désinfectant)

Un petit geste écolo pas bien compliqué, non ?

22 février 2010

Anti-crise : préparez votre déjeuner vous-même !

A l’heure du déjeuner, on a le choix… cantine, petit resto, sandwich, pâtes à emporter… l’addition peut être salée à la fin du mois (malgré les tickets resto, quand on en a).
Besoin d’être convaincue ?

C’est plus sain.
C’est vous qui choisissez les produits, et qui savez comment ils ont été préparés. Non seulement vous savez ce que vous mangez, mais vous pouvez plus facilement maîtriser les calories de votre repas.

C’est plus économique :
Comparez le prix d’un sandwich tout fait et celui d’un morceau de pain et de la garniture… Avec le prix d’un seul sandwich, vous pouvez presque préparer tout ceux de votre semaine !

C’est plus rapide :
Vous ne ferez plus la queue au resto d’entreprise, ni à la boulangerie, ni ailleurs… Pas de perte de temps, pas d’énervement… c’est déjà ça de gagné !

Si vous pouvez disposer d’un four à micro-ondes sur votre lieu de travail, vous pouvez préparer des repas chauds : cuisinez un plat le dimanche et congelez-en plusieurs parts que vous utiliserez les semaines suivantes.

Et puis, avec les Bento (les boites repas japonaises), rien de plus facile…
Petite revue de web :
Chez Requia
Ah my Bento !
French Bento
Bento & Co

Et vous, comment faites-vous ?

15 février 2010

Vie pro : identifiez quels sont les freins à votre réussite !

Vous n’êtes pas bien dans votre boulot.
Vous voudriez changer mais vous baissez les bras… trop de freins vous empêchent de bouger !
Soyez réaliste : les freins sont des excuses que vous vous donnez pour ne pas aller de l’avant… non ?

« Je n’ai pas les moyens, le temps de suivre une formation »
Une reconversion n’est pas forcément nécessaire pour changer de job ou de métier. Et si c’est le cas, vous pouvez tout à fait acquérir des compétences à votre rythme : par exemple, en suivant des cours du soir ou par correspondance. Pensez aussi aux congés-formation.
Pensez aussi à organiser votre temps différemment : vous pouvez consacrer 1 heure par jour à l’acquisition de vos nouvelles compétences.

« Je ne supporterai pas le stress lié à un changement de job ».
Vous avez peur de la pression ? Cette peur indique qu’en réalité, vous craignez l’échec. Cette réaction instinctive à un défi survient souvent quand on a peur de quitter sa zone de sécurité. Pour vous aider, cessez donc d’imaginer toutes les catastrophes susceptibles de se produire (et de vous remémorer celles qui sont peut-être arrivées par le passé) et fractionnez plutôt l’idée d’une reconversion professionnelles en plusieurs petites étapes abordables, que votre cerveau parviendra à gérer plus sereinement.

« De toutes façons, je ne décrocherai jamais le job de mes rêves : alors, à quoi bon ? »
Ouh, là là ! Voilà une affirmation qui traduit indéniablement l’influence de l’école de pensée défaitiste ! Des études ont démontré que, si les hommes n’ont généralement aucun mal à postuler pour le job de leur rêve, indépendamment de leurs qualifications, 90% des femmes ne se jettent pas à l’eau, en se disant qu’elles ne sont pas suffisamment compétentes. Une chose est sûre : si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais à quoi vous en tenir. Et vous continuerez à vous dire que vous auriez pu. Ne vous laissez pas impressionner par ce qui vous paraît impossible.

« Je suis coincée dans une voie de garage et je ne peux pas en sortir »
Ce qui veut dire, en d’autres termes, que vous avez trop peur de sortir de votre zone de sécurité. Oui, c’est difficile d’abandonner la sécurité d’un emploi, même si celui-ci vous rend malheureuse. Mais vous ne parviendrez à avancer que si vous vous mettez en danger. Trouvez-vous un « coach » professionnel dans votre cercle d’amis, quelqu’un qui vous incitera à agir au lieu de vous lamenter et à prendre le taureau par les cornes.

Pour plus d’info, les « Paresseuses changent de vie », Anita Naik.

29 janvier 2010

Le Père Noël est passé ? Je fais quand même une liste !

Mieux vaut être prévoyante…
On ne sait jamais. Mamour peut toujours avoir une envie subite de nous faire un cadeau, avec ou sans raison.
Qu’il puisse piocher dans une Wishlist établie par nos soins nous donne l’assurance que le présent choisi nous fera plaisir…
Le site Pense à elle devrait être mis d’office dans les « favoris » de nos amoureux. Grâce à lui, l’homme peut, rapidement et sans se creuser la tête, trouver la babiole qui nous comblera. Ce site devrait être reconnu d’utilité publique !

Vous établissez une wishlist. Vous la faite parvenir à votre chéri. Il la garde au chaud et, le jour où il en a besoin… hop ! THE cadeau qui va bien. Il peut même se créer un aide-mémoire qui le préviendra des dates à fêter… plus d’excuses ! Il peut également choisir parmi les listes préétablies, selon la personne qu’il souhaite gâter (femme, sœur, Maman, maîtresse…)

En furetant sur le site, les Paresseuses ont trouvé des cadeaux parfaits pour elles…

Wishlist_besaceUne besace pour avoir la Positive Attitude.


Wishlist_bougie Une bougie qui se transforme en huile de massage pour accompagner le jeu de la KamaSutra Box.



Wishlist_cahier_menu Un aide-mémoire pour noter les menus servis à ses invités et ne pas faire d’impair… pour celles qui maîtrisent le Nouveau Savoir-Vivre.



Pratique, non ?

25 janvier 2010

Lettre de motivation… on ne dit pas tout !

Pour répondre à une offre d’emploi, vous peaufinez votre CV et votre lettre de motivation… vous voulez montrer le meilleur de vous-même, persuader l’éventuel employeur que vous êtes une perle, le convaincre que sans vous, son entreprise sera moins performante… ce job, vous le voulez, vous l’aurez !
Si vous mettez en avant tous vos atouts, sachez cependant garder une certaine mesure quand à la réalité de vos motivations : certaines raisons qui vous poussent à vouloir décrocher ce job ne sont peut-être pas avouables…

  • Vous avez contacté sans succès toutes les autres entreprises de la région et cette candidature est un pis-aller.
  • Vous habitez à 5 mn à pied (bon plan de paresseuse mais limite comme argument).
  • Vous avez besoin d’un second salaire afin que la banque vous accorde votre prêt immobilier (cela ne regarde que vous).
  • Votre compagnon vous a quittée (mieux vaut ne pas énoncer de but en blanc que vous êtes fragile en ce moment…).
  • Vous vous ennuyez à la maison.
  • Vous trouvez que les locaux sont sympas
  • Vous savez que le CE fait de super propositions de voyages.
  • Vous voulez rejoindre votre petit ami pour pouvoir le surveiller de près…
La semaine prochaine : comment se préparer aux questions du recruteur…

21 janvier 2010

Erreurs in the kitchen

Savoir cuisiner, ce n’est pas qu’une question de recette, c’est aussi un problème de méthode ! Quelques erreurs banales peuvent être évitées… tant mieux pour nos estomacs !

Vous ne pas lisez pas la recette en entier avant de commencer.
Du coup, au milieu de la préparation, vous vous rendez compte qu’il vous manque un ingrédient indispensable ou qu’il faut faire mariner le plat plusieurs heures alors que vos invités vont arriver.
The conseil : lisez jusqu’au bout, préparez les différents ingrédients et ustensiles nécessaires avant de vous mettre aux fourneaux.

Vous ne mettez pas assez d’eau pour faire cuire les pâtes
Vous vous retrouvez alors avec un magma de spaghettis, complètement agglomérés…
La bonne dose : 1 litre pour 100 g de pâtes.
Bon à savoir… il faut 10 g de sel pour 1 litre d’eau

Vous ne faites pas assez chauffer la poêle…
… et quand vous lancez la cuisson de vos poissons panés, non seulement ils ne colorent pas mais ils ramollissent, voire, ils bouillent. Si vous ne savez pas juger du moment où la poêle est suffisamment chaude (normalement, en approchant la main on doit bien sentir la chaleur), il existe des modèles munis d’un point central rouge qui change de couleur au moment où la poêle est prête à recevoir les aliments à cuire.

Vous improvisez un peu trop
En suivant une recette, vous avez envie d’apporter votre touche personnelle. C’est bien. Mais il faut un minimum de maîtrise pour faire de gros changements… au risque que votre plat ne ressemble en rien à celui d’origine ou qu’il soit carrément immangeable.
Si vous êtes assez novice en cuisine, ne tentez pas les doses « au pif », respectez les consignes, notamment en ce qui concerne les épices, qui peuvent rapidement gâcher un plat.

Et vous, quelle a été votre pire erreur en cuisine ?

18 janvier 2010

Comment être une collègue modèle ?

Les bonnes relations entre passent bien souvent par un principe simple : le respect.
Evidemment, si Micheline vous fait des coups pendables, vous serez en droit de jouer sur le même terrain qu’elle… n’empêche que les choses sont beaucoup plus agréables quand on part sur de bonnes bases :

  • Vous avez le droit de vous approprier votre box ou votre bureau, pas d’en faire un second chez vous. Restez discrète et ne couvrez pas vos murs de photos et dessins de vos enfants. N’accrochez pas non plus votre calendrier des Dieux du Stade, laissez le dans votre tiroir.
  • Ne faites pas brûler de l’encens avant d’avoir demandé à la ronde si cela gêne quelqu’un.
  • Si vous déjeunez dans la cuisine commune, ne laissez pas traîner votre assiette sale et placez votre morceau d’époisses dans une boite hermétique.
  • Personne n’a envie d’entendre votre conversation téléphonique avec votre gynéco au sujet de votre mycose récalcitrante.
  • Si vous empruntez un stylo, une calculatrice ou quoi que ce soit à un collègue, demandez d’abord l’autorisation et rendez le au plus vite.
  • Evitez les tenues qui peuvent déconcentrer les hommes et énerver les femmes.
  • Participez aux collectes pour les anniversaires, les naissances et autres occasions. Donnez ce que vous pouvez et soyez franche si vous n’êtes pas en fonds.
  • Tenez votre langue... si vous avez des infos croustillantes sur une éventuelle love story entre Romain-de-la-compta et Pauline-du-service-achat, gardez-les pour vous.

Et pour vous, comment se passent les relations entre collègues ?

12 janvier 2010

Votre mamie ne tricote pas ? Goldenhook est là !


Concept_grandmere
Vous ne savez pas tricoter. Il faut dire que vous n’avez pas eu le temps de lire Le tricot des Paresseuses, cela explique tout.
Votre grand-mère est plutôt du genre trekking au Sahara que point de croix.
Votre mère, quant à elle, vient de vous annoncer son 3ème remariage. C’est dire si elle a autre chose à faire que de monter des mailles.
Heureusement, Goldenhook est là !
Ce site vous propose de vous mettre en relation avec une mamie tricoteuse (que vous choisirez après avoir lu son profil) afin qu’elle réalise le bonnet, le snood ou l’écharpe de vos rêves (modèle unique !), dans la forme et la matière de votre choix (laine, angora, cachemire, alpaga). Goldenhook Comble de l’authentique, votre prénom peut être brodé et votre ouvrage portera une étiquette au nom des doigts de fée qui l’auront créé. Vous pourrez même remercier votre tricoteuse en lui envoyant un message !
Matières écolo, concept misant sur la solidarité, production artisanale : autant d’arguments de choix pour nous faire chaud au cou et au cœur…

Goldenhook
Echarpe à partir de 39 euros
Bonnet à partir de 44 euros

credit photo : Goldenhook

07 janvier 2010

Mon beau sapin… recyclé !

Il a été au centre des festivités, choisi avec goût, décoré, admiré… et maintenant, le voilà tout desséché, pendouillant et la mine déconfite : votre sapin de Noël a fait son temps. Il est l’heure de se séparer de lui. Snif.
Mais jeter un sapin, ce n’est pas si facile, finalement. Et surtout, c’est un vrai problème au niveau écolo.

Si vous jetez discrètement votre arbre dans la rue (de préférence le soir, ni vu ni connu, en semant des milliers d’aiguilles dans la cage d’escalier), votre « roi des forêts » sera incinéré avec les ordures ménagères, occasionnant un coût supplémentaire pour la collectivité et un gaspillage inutile.
Il en sera de même si vous avez emballé l’arbre dans un « sac à sapin » : seule votre gardienne vous félicitera pour ne pas avoir sali les parties communes.

Pour éviter cette bérézina, mieux vaut opter pour les solutions de recyclages qui commencent à se mettre en place…
Si vous habitez Paris, une opération de récupération en vue du recyclage des sapins est organisée pour la 3ème année consécutive (son succès est grandissant). 95 points de dépôts sont installés, dans les jardins de Paris. Pour en savoir plus.

En Province, plusieurs villes organisent également des opérations, notamment Bordeaux et Montpellier*. Contactez votre mairie pour savoir si un tel dispositif existe chez vous. Si ce n’est pas le cas, rapportez votre sapin dans une déchetterie, il y sera mieux utilisé.

Certaines grandes enseignes proposent également le service «récupération », à condition d’avoir acheté le sapin chez elles.
L’offre de recyclage de Ikea est valable du 2 au 16 janvier 2010 (un bon d’achat de 19 euros vous sera remis en échange de l’arbre. Contactez votre magasin pour vous assurer que l'opération y a lieu). Celle de Truffaut court du 4 au 24 janvier (bon d’achat de 7 euros et remise de 1 euros à la Fondation Yves Rocher qui s’engage à replanter des arbres).


* A rapporter à la station de compostage de Grammont. En échange, 50 litres de compost vous serez remis.
Ouverte  du lundi au vendredi de 8h à 17h, le samedi de 9h à 12h
Avenue Albert Einstein 
04 67 83 84 68

Quizz

  • Instagram x Les Paresseuses

     

    On adore les cookies, chez les Paresseuses. Mais pas uniquement ceux que l’on croit ;) En continuant votre navigation sur le Blog, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent de mesurer notre audience et de faciliter le partage de contenus vers les réseaux sociaux. Plus d’infos par ici :)

C'est nouveau

Promotion