« Le petit plaisir du lundi... Et si on se mettait (enfin) au pilates ? | Accueil | 10 astuces pour se mettre au pilates fissa »

Yes, we can ! Les news de fin fév’

26.02.2013

 

 

Défis

 

 

Comme vous allez le voir, ça avance, ça avance pour nos Paresseuses qui vivent le Défi (grand ou petit, mais défi quand même) de leur vie !

 

 

Pauline

 

Son projet : réussir son big day ! 

 

« Chères Paresseuses,

 

Allez hop, faisons un saut ensemble dans les préparatifs de mon mariage prévu le 22 juin 2013.

 

Souvenez-vous : j'ai trouvé ma robe, le principal mais le reste, tout le reste, où en sommes-nous ?

 

Le lieu de réception... Loin d'être une mince affaire mais ça y est, nous l'avons !

Nous sommes compliqués car nous ne voulions pas de salle des fêtes, ni de château, ni de domaine, ni... Ok nous sommes vraiment compliqués je vous l'accorde !

Nous avons visité des dizaines de lieux... Trop comme ci, trop comme ça, pas assez comme ci, pas assez comme ça... 

Puis au détour d'un petit village non loin du village où MonGaulois a passé toute son enfance, nous sommes tombés sous le charme d'une métairie du XIXe joliment restaurée. Le maître des lieux au goût certain a su conserver le charme de l'ancien tout en l'acoquinant aux notes contemporaines. La salle de réception, ancienne bergerie, est juste sublime ! Le tout dans un cadre verdoyant au bord du Tarn ! 

Nous festoierons ici, nous sommes conquis !

 

Ensuite nous nous sommes attelés à la difficile tâche de trouver un photographe qui nous corresponde ! Eh oui, les photos seront les seuls souvenirs palpables que nous aurons de notre mariage. 

Impossible pour nous de confier nos souvenirs à un photographe réalisant des photos de mariage classiques ! Désolée mais les photos posées, du style moi assise sur un tronc d'arbre, le sourire crispé et MonGaulois debout derrière, sa veste posée nonchalamment sur l'épaule nous font tout bêtement froid dans le dos ! Trop vu, trop faux, trop... pas nous !

Rude tâche donc de trouver LE photographe qui saura capter les émotions, surprendre, faire revivre cette journée qui doit être mémorable et surtout qui ne nous fera pas poser !!!!

Après des recherches incessantes, nous l'avons notre photographe magique ! Et en plus c'est un biker Harley-Davidson, comme mon papa ! C'est un signe, j'en suis sûre !!!!!!!

 

N'ayez crainte, depuis que je prépare mon mariage je vois des signes du destin partout. 

Personne folle... oui c'est moi !!!

 

Pour ce qui est du faire-part... Eh bien en toute modestie, c'est moi qui l'ai créé et dessiné, et j'avoue que je ne suis pas peu fière ! Nous attendons le prototype que l'imprimeur ne devrait pas tarder à nous envoyer !! Je suis impatiente !!...

 

Je pourrais encore m'étendre des heures et des heures mais j'ai trop peur de vous perdre en chemin, tellement mon récit est long !! Je vous propose donc la suite au prochain épisode. 

Non des moindres : le traiteur ! Et là croyez-moi en tant que gros gourmands nous avons mis un point d'honneur à trouver un traiteur digne de ce nom qui réveille les papilles même les plus endormies ! 

 

À très vite les Paresseuses pour de nouvelles aventures mariagesques !!!!! »

 

 

 

Manon et Claire et Leslie

 

Leur projet : un salon de thé très Paresseuses ! 

 

« Tout d’abord nous présentons nos excuses à toutes les paresseuses qui nous suivent dans cette aventure (et celles qui ne nous suivent pas !) pour ce long silence. Le projet a eu peur de toute cette neige et a opté pour l’option marmotte qui hiberne jusqu’aux beaux jours !

 

La vérité est que le quotidien nous a empêchées de nous voir autant que nous le souhaitions et les évènements nous ont vite dépassés ! Bon il ne faut pas croire, nous avons travaillé quand même mais bon, certainement pas assez pour vous en faire un long discours !

 

Alors voici les nouvelles !

 

Nous avons trouvé le nom de notre lieu enchanté, j’espère que nous pourrons le communiquer rapidement dès qu’il sera déposé !

 

Nous avons également avancé sur la carte qui proposera de nombreuses pâtisseries pour accompagner vos dégustations de thés. Nous ne tomberons pas dans le tout « anglo-saxon cake » pour privilégier des pâtisseries variées, peut-être du monde entier. Mais la pâtisserie française sera à l’honneur ! Toujours sur la carte, nous proposerons une formule « rapide » le midi, dans le concept des tartes ou des tartines mais sans les tartes ni les tartines (qui commencent à être vues et revues, oui oui oui nous vous avons dit INNOVATION et tous ces petits trucs qui vous rendront accro (rien que ça) à nous !) ! Enfin le petit-déjeuner et/ou brunch du week-end commence à prendre forme !

 

Nous sommes également tombés d’accord sur le fait que l’on ne voulait pas une ambiance trop « girly ». Oui, paresseuses, vous avez bien lu ! Nous voulons que nos hommes (petits et grands) puissent venir (de temps en temps) avec nous ! Alors si tout est rose avec des fleurs et des cœurs, ils ne trouveront pas leur place ! Et puis nous aussi nous sommes un peu mal à l’aise dans cette ambiance, préférant un endroit cosy (ou la maison a accueilli une pièce de plus à quelques kilomètres !)

 

D’ailleurs, le lieu ! En attendant que Notre salon de thé soit internationalement connu, nous nous ferons la main en province, et même plus précisément à Bordeaux. La recherche DU local de NOS rêves va commencer d’ici peu ! Alors les Paresseuses parisiennes, ce sera l’occasion de venir découvrir cette ville fantastique à quelques heures de la capitale en TGV.

 

Enfin, notre étude de marché prend forme et si les chefs paresseuses nous y autorisent, nous espérons pouvoir vous faire suivre le lien, dès le mois prochain, afin que vous nous donniez votre avis (et même si vous n’êtes pas de Bordeaux puisque nous serons très vite internationalement connues !) !!!

 

Les objectifs du prochain « check-up défi » : avoir fixé le quartier de Bordeaux de NOS rêves, avoir déposé le nom de notre marque, avoir mis en place l’étude de marché ! A très vite ! »

 

 

 

Delphine

 

Son projet : courir dans Paris !

 

« A ce stade de mon petit défi perso, je me dois de vous avertir sur quelques points si jamais vous vous sentez prête à succomber à l'appel du jogging...

Un petit tour des problèmes que l'on peut rencontrer et les solutions que je vous propose.

 

1/ Le syndrome du trottoir bondé

Impossible d'y échapper à Paris, à moins que vous sortiez courir en pleine nuit, ce qui n'est pas mon cas (oui, la nuit je préfère dormir généralement... so has been, je sais). Du coup on se retrouve confronté à tout un tas de gens plus ou moins pressés qui encombrent les trottoirs et gênent légèrement surtout quand c'est une mamie avec un caddie à roulettes. Alors là, on est tentée de s'énerver en mode "OOOH déjà que j'ai réussi à me motiver pour sortir courir vous allez pas me mettre des bâtons dans les roues quand même hein ??!!" Et bien clairement, si, ils ne vont généralement pas se pousser parce que eux, ils vont au travail ou autre et que donc ils estiment que c'est plutôt à nous, coureurs, de nous frayer un chemin.

 

> La solution. Soit vous assumez le petit côté gym tonic en sautillant sur place, soit vous devenez une experte en slalom de trottoir. Perso, j'ai choisi la deuxième option, on vit parfois dangereusement et quelquefois un P****N peut nous échapper mais dans l'ensemble avec un peu de pratique, on s'en sort bien.

 

 

2/ Le petit bonhomme rouge

Parce que, là encore, c'est un des plaisirs liés au jogging à Paris : la rencontre avec environ 235 feux rouges ou plutôt feux verts pour les voitures et bonhommes rouges pour les piétons. Du coup là... à moins d'être vraiment sûre de soi... mieux vaut éviter de se lancer.

 

> La solution. Là encore, on peut choisir l'option gym tonic, mais j'ai ma dignité. Du coup on peut continuer un peu sur le trottoir, aller plus loin en attendant qu'il y ait moins de voitures, voire même découvrir un autre chemin et wah... une nouvelle boutique qui à l'air trop cool et si j'entrais juste deux petites minutes... Ok, parfois je devrais choisir l'option gym tonic.

 

 

3/ Les reulous

Alors là c'est un peu LE truc auquel on ne peut pas couper : le mec qui croit que parce que tu cours le matin, tu es un peu son amie. Bon, il y a les softs, qui vont juste te lancer un encouragement bidon dans un sourire qui se veut irrésistible mais y a aussi le high level qui consiste à se mettre à courir avec toi en voulant absolument te parler (si, si, ça existe pour de vrai).

 

> La solution.  Avec les softs, si vous êtes du matin (ce qui n'est pas mon cas...) vous pouvez leur rendre leur sourire, faire une boutade ou que sais-je, laisser libre cours à votre imagination. Sinon la solution efficace avec tous les reulous reste celle du "jenet'entendspasetd'ailleursjenetevoispasnonplus". En gros, vous mettez la musique à fond et vous regardez droit devant vous. En été je pense que les lunettes de soleil peuvent aider aussi... pour le moment j'ai pas encore essayé avec le masque de ski. A noter que ça marche encore mieux si vous tirez la tronche (ouais et avec le froid croyez-moi c'est pas très dur)

 

J'en ai encore un paquet sous le coude mais je vais m'arrêter là pour cette fois, sinon vous allez perdre le fil et ça serait trop bête de louper mes précieux conseils hein... héhé à bientôt pour la suite ;) »

 

 

 

Karine

 

Son projet : changer de job en redémarrant de zéro

 

« Alors concernant mon projet j'avance bien ! Ma première année de BTS a été bouclée en 4 mois, il me reste donc 6 mois pour faire la 2nde ! Comme je commence à me pencher sur les demandes de stages (d'ailleurs si quelqu'un en passant travaille dans un hôpital ou centre pour obésité avec un service diététique ça m'intéresse... si c'est en Rhône-Alpes encore plus), des rêves et projets plein la tête arrivent. Ah tiens cette structure qui accueille les ados en surpoids, ce serait bien d'y travailler. Ah oui mais aussi cette boîte qui fait des repas pour les entreprises c'est intéressant, les employés mangent souvent vite et n'importe quoi. Ah mais une maison de retraite et toutes les problématiques engendrées par l'âge sur la nutrition c'est intéressant aussi... Bref tout m'intéresse et c'est vraiment chouette. C'est génial de se dire qu'enfin des études ou travail que l'on peut faire nous passionne. Que l'on a envie de lire des articles et revues sur le sujet (même si en tant que paresseuse on a plutôt envie des fois de regarder des bêtises à la télé), que l'on a envie de creuser un point de détail pour mieux aider le patient, c'est génial un jour de pouvoir se dire que j'aurai ma plaque à moi marqué diététicienne (ce jour là c'est champagne !!).

Donc voila, j'avance, j'avance, c'est pas facile tous les jours, la fatigue s'installe aussi, le stress des exams et des demandes de stages... mais aussi l'excitation de la perspective d'un changement de vie et de carrière ! »

 

 

 

Anne-Lise

 

Son projet : une robe qui la sublime !

 

« Mois 3 et 4 : un miracle arrive toujours...

 

Branle-bas de combat depuis la dernière fois : l’opération “LA robe magnifique qui va trop bien à prix réduit a été lancée” ! J’ai donc trouvé la robe trop parfaite pour moi et mes courbes sauf que le prix  explose littéralement le budget. Je me mets donc en chasse d’une solution : forums de mariées, recherche de couturières. Résultats des courses : il pleut des solutions.

 

Sur les forums : je trouve quelques couturières qui gentiment se proposent pour m’aider à réaliser mon projet mais en faisant un tour sur leurs sites et en voyant leurs créations, j’ai du mal à être convaincue. Je sais que c’est nul, car ça ne veut sûrement rien dire mais je n’ai pas réussi à franchir le pas. Autre solution proposée sur les forums : des sites ou couturières en Chine qui reproduisent une robe sur modèle pour 4 fois moins cher ! Alors là c’est quitte ou double, soit on a confiance, soit on n’y arrive pas.

 

Je reconnais avoir hésité sur l’histoire de la Chine. Les arguments étaient vendeurs mais ne pas du tout voir la robe, prendre moi-même mes mesures (= il ne faut pas se louper) et si jamais ça ne va pas devoir trouver une solution au dernier moment, je ne m’y suis pas résolue. J’ai eu plein de retours d’expériences différents sur le sujet, je crois que c’est vraiment une question de choix et de risque à prendre ou non...

 

En parallèle à ces recherches, je reçois environ 15 jours après mon essayage LE coup de fil miraculeux : “Oui bonjour Melle, c’est la boutique C., nous avons fait un essayage ensemble le … Je n’ai pas pu m’empêcher de noter que la robe E. vous avait  plu mais que le prix semblait un peu haut pour vous. Ce qui explique ce prix c’est le tissu employé pour sa confection cette année, or cette robe faisait aussi partie de la collection de l’an dernier mais dans un tissus moins cher; j’ai donc appelé notre direction, ils sont d’accord pour vous faire le modèle de l’an dernier au prix de l’an dernier => 500€ de moins !”.

Mon coeur bat la chamade, je crois désormais au miracle. J’appelle Mme Ma Mère qui accepte au moins de revenir l’essayer avec moi.

 

Le lendemain coup de fil de ma super copine d’essayage S. : “Salut ! J’ai parlé de ta robe avec une amie qui connaît une très bonne couturière qui a travaillé pour le créateur MC mais qui maintenant est à son compte, je te laisse ses coordonnées mais on l’a appelée, elle est prête à te faire ta robe”.

 

Alors là double lutz piqué, j’ai l’embarras du choix ! J’ai donc choisi d’aller voir les deux. Je suis retournée à la boutique C, avec ma mère pour l’essayer à nouveau et elle a approuvé le choix et la vendeuse nous a confirmé le prix. Prix, que ma mère a approuvé, bien qu’elle le trouve dans la limite supérieure.

 

Ensuite, je suis aussi allée voir la couturière : 2 bonnes fées m’attendaient ! 1h de discussion qui a commencé par “c’est possible de te faire ta robe...” On a vu des tissus, des arrangements possibles sur la robe pour qu’elle me convienne encore plus, des possibilités pour tirer un peu les prix. J’en suis ressortie sur mon nuage ! Après avoir vu les prix des tissus, j’ai eu leur retour : ma robe pour 100€ de moins que la proposition du magasin et en sur-mesure.

 

Je crois que vous devinez mon choix : en route pour le 1er essayage suivi d’une longue série environ 1 par mois jusqu’au jour J (enfin 15 jours avant, le dernier essayage !) avec mes deux bonnes fées (qui, drôle de coïncidence de la vie, se prénomment comme ma mère et ma soeur!).

 

Défi relevé, donc : LA robe est trouvée mais si ça vous intéresse, je vous propose de vous raconter les essayages (2 par 2, par exemple) et bien entendu en Juin vous aurez le droit à la photo finish, si vous le souhaitez ! Je crois que j’ai eu beaucoup de chance dans ma recherche finalement, malgré les larmes du début. Quand on a quelques formes même si le chemin “robe de mariée” peut ne pas paraître aussi simple que pour d’autres, il est faisable. Mon principal souci, je crois, c’était la confiance en moi, et dans les autres aussi. J’ai compris que dès lors qu’un climat de confiance était instauré (avec la vendeuse, la couturière...) tout était possible : grosse, mince, grande ou petite, ce n’est pas tant ça le problème que la confiance en soi et son image. Cela justifie aussi le choix de la couturière : je m’accorde le droit à avoir ma robe, la voir évoluer sur moi et chaque essayage va être une forme de thérapie car à chaque fois on ajuste alors je vais devoir dépasser ma peur du j’ai grossi ou pas avant d’y aller ! Mais mes bonnes fées sont à 1000 lieues du jugement alors je n’ai qu’à en faire autant et ne plus me juger si sévèrement ! »

 

 

 

Sophie

 

Son projet : finir sa thèse... 

 

« Désolée pour le mois de janvier... j'étais à fond dans la rédaction de la thèse et je n'ai pas pris le temps de donner des nouvelles.

Donc, j'ai fini le plus gros de la rédaction pile le 31 janvier, comme j'avais prévu. Mais j'ai relâché la pression un peu vite, alors qu'il me reste beaucoup de travail à faire pour finaliser le manuscrit de ma thèse. Le mois de février est passé très vite, mais je ne sais pas trop ce que j'ai fait ! Il me reste environ jusqu'à la fin du mois de mars pour finir, ensuite je soutiendrai ma thèse en juin. Côté thèse, ça va !

Côté départ aux USA, tout s'est accéléré depuis mardi 19 février puisque j'attendais un mail de ma directrice de thèse pour prendre mon billet d'avion. En fait, prendre un aller coûte très cher, je devais donc prendre un aller-retour, puisque je reviens en juin pour soutenir. Nous nous sommes mises d'accord pour la fin juin, et je reviens le 10 pour tout préparer.

Et voilà, je pars vendredi pour Chicago ! [NDLR : puisque nous mettons en ligne avec un peu de retard, Sophie est déjà aux US !] Beaucoup de choses à faire : déménager, voir les copines et... faire sa valise. En fait, c'est plutôt ça mon défi 2013 : réussir à faire ma valise. C'est beaucoup plus difficile que faire une thèse finalement ! Et je pars avec seulement 2 paires de chaussures ! (Oui, et une paire à mes pieds, ça fait trois).

Par contre, je pars sans mon chat... Elle n'a pas trop aimé vivre dans 25m2 et je l'ai donc laissée chez mon papa à Noël. Elle qui n'avait jusque-là que vécu dans un appartement, elle adore courir dans le jardin ! Pour l'instant, c'est là qu'elle reste. On verra ensuite si notre séjour aux USA se prolonge ou pas.

Bilan : plutôt contente de moi pour avoir tenu les délais que je m'étais fixés. Et très contente de retrouver mon cher et tendre après deux mois de séparation ! »

 

 

 

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00e54f10584c8834017ee8acbb1e970d

Listed below are links to weblogs that reference Yes, we can ! Les news de fin fév’:

Commentaires

Quizz

  • Instagram x Les Paresseuses

     

    On adore les cookies, chez les Paresseuses. Mais pas uniquement ceux que l’on croit ;) En continuant votre navigation sur le Blog, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent de mesurer notre audience et de faciliter le partage de contenus vers les réseaux sociaux. Plus d’infos par ici :)

C'est nouveau

Promotion